La réforme de la VAE : pourquoi c’est une bonne nouvelle 

01/2023

Réforme de la VAE : pourquoi c’est une bonne nouvelle 

 

Si quand on vous parle de VAE, vous partez en courant en disant « oulala, trop compliqué », on a une bonne nouvelle pour vous : la loi Travail, adoptée en novembre 2022, va changer la donne et considérablement simplifier le dispositif. Comment ? On vous explique tout !

 

Créé il y a tout juste 20 ans, le dispositif de la VAE (validation des acquis de l’expérience), qui permet de faire reconnaître par un diplôme, un titre ou une certification, les compétences acquises avec l’expérience, est – sur le papier – une belle idée. « Trop long », « trop compliqué », « beaucoup trop lourd administrativement » était pourtant des reproches qui revenaient très souvent à son égard. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : seul un candidat sur dix décroche la certification visée, avec un temps de parcours d’environ dix-huit mois ! Résultat : le nombre de candidats ne cesse de diminuer, ils sont aujourd’hui 10 fois moins nombreux qu’il y a 10 ans. 

Des aménagements s’imposaient. 

Conscient du levier essentiel que représente la VAE en matière d’emploi et de dynamisme économique, le Gouvernement, et plus précisément Elisabeth Borne, alors Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, avait dès décembre 2019 commandé un rapport – le rapport Khecha-Rivoire-Soubien – et entrepris parallèlement une grande expérimentation, dans le secteur du grand âge. 

Quelques mois plus tard, bonne nouvelle : la loi Travail, adoptée au Parlement en novembre 2022, pose les premiers jalons d’une grande réforme visant à simplifier le dispositif de la VAE pour le rendre plus attractif et sécuriser le parcours des candidats. Objectif :  certifier 30 000 candidats par an, contre 10 000 aujourd’hui.

 

Qu’est-ce que ça va changer ?

S’il faut attendre la deuxième phase d’expérimentation ainsi que les décrets d’application pour connaître les détails de la mise en œuvre, on connaît d’ores et déjà l’esprit des grands changements prévus par la loi. 

Parmi les projets figurent notamment :    

La création d’un guichet unique, via une plateforme numérique, qui aura pour mission « d’orienter et accompagner les candidats demandant la VAE ». Ses missions seront mises en œuvre par un groupement d’intérêt public, auquel participeront l’Etat, les régions, Pôle Emploi, les OPCO et commissions paritaires interprofessionnelles régionales. 

La réduction du délai de demande de recevabilité : l’un des gros points faibles de la VAE aujourd’hui, le délai de traitement des demandes de recevabilité pourrait passer de 1,5 mois à 8 jours, grâce à un questionnaire amont simplifié et à la digitalisation de la démarche.   

L’accompagnement par un professionnel, « un architecte de parcours », interlocuteur unique des candidats du début à la fin du parcours. On ne connaît pas encore son profil, mais on sait en revanche que son rôle sera précieux pour aider les aspirants à la VAE à identifier le diplôme le plus en adéquation avec leurs compétences, à rédiger le dossier, à mettre en place si besoin un programme de formation pour compléter les acquis… 

La simplification du dispositif de financement. Dès l’entrée dans le parcours de VAE, la demande de financement sera traitée automatiquement. Plus besoin de remplir de longs dossiers auprès des différents organismes financeurs.

L’élargissement du dispositif à toute personne dont l’expérience est en lien avec la certification visée (suppression de la condition d’ancienneté minimale, reconnaissance de l’expérience acquise par les proches aidants et aidants familiaux)

 

Comment Sup’Expertise vous accompagne pour faire d’ores et déjà de votre projet de VAE un succès ? 

Depuis 1993, le centre de bilans et gestion des compétences de Sup’Expertise accompagne celles et ceux qui veulent prendre le temps de réfléchir à leur projet professionnel et construire une carrière épanouissante. La VAE est l’une des solutions que nous préconisons à ceux qui veulent valoriser et faire reconnaître leurs compétences.  

Anticipant les exigences apportées par la réforme à venir, nous proposons d’ores et déjà un accompagnement de proximité, pour permettre aux candidats de mettre toutes les chances de leur côté : 

En amont, nous recevons gratuitement chaque candidat en entretien d’accueil et d’information, pour faire le point sur son projet et ses attentes, vérifier l’adéquation du diplôme envisagé avec son expérience, et revenir en détail sur les différentes étapes de la VAE

Ce premier entretien gratuit peut être complété par un « entretien de positionnement » plus approfondi, qui permet d’échanger sur le dossier du candidat, d’analyser ses points forts et les points de vigilance sur lesquels concentrer ses efforts, de mettre en place un plan d’actions pour maximiser ses chances de réussite, de déterminer une méthodologie de travail adaptée au contexte…

Un accompagnement dans la durée : tout au long du parcours, les conseillers de Sup’Expertise sont présents pour aider les candidats à analyser leur parcours, leurs connaissances et savoir-faire, bien comprendre les attendus du livret à rédiger, préparer l’oral…

Nouveauté 2022 : Pour la préparation du DSCG, Sup’Expertise propose un accompagnement semi-collectif, avec des ateliers pour s’entraider entre pairs et profiter de la dynamique de groupe.

 

Pour en savoir plus sur l’accompagnement proposé par Sup’Expertise, prenez rendez-vous avec un conseiller : 01 44 69 92 03 ou f.saintaime@supexpertise.fr.