Bilan de compétences / Bilan professionnel : quelles différences ?

Différence majeure

Le bilan de compétences est un accompagnement bipartite entre un bénéficiaire et un consultant.
Le bilan professionnel, également appelé bilan de carrière est un accompagnement tripartite entre un bénéficiaire, son employeur et un consultant.

 

Les objectifs de la démarche

Le bilan professionnel répond à une problématique de mobilité interne. Le collaborateur souhaite évoluer et l’entreprise souhaite conserver son collaborateur. Le bilan professionnel est un bon moyen pour l’entreprise d’éviter la fuite de ses talents.

Au terme de l’accompagnement, l’objectif est d’aboutir à des pistes de mobilité interne réalistes à court ou moyen terme, en confrontant les attentes et aspirations du collaborateur avec les postes à pourvoir en interne.

 

Le bilan de compétences, lui, répond davantage à un questionnement du collaborateur, indépendamment de son employeur :

  • évolution en interne ou en externe
  • projet de reconversion
  • repositionnement sur le marché de l’emploi
  • etc

Il peut toutefois arriver que l’employeur ait insufflé la démarche, cependant il n’est pas partie prenante de l’accompagnement.

 

Et concrètement ?

Le bilan de compétences est beaucoup plus formaté que le bilan professionnel, beaucoup plus cadré, légalement parlant. L’intégralité des échanges qui ont lieu au cours d’un bilan de compétences sont réalisés en binôme : bénéficiaire/consultant.

 

Dans le cadre d’un bilan professionnel, l’entreprise représentée par le manager et/ou un RRH participe généralement à trois rencontres :

  1. Au début du parcours : pour identifier finement les objectifs de l’accompagnement (objectifs visés par le collaborateur vs objectifs visés par l’entreprise).
  2. En milieu de parcours : pour identifier les premières pistes soulevées par le collaborateur et les confronter avec les opportunités réelles / identifier le cas échéant les actions à mettre en œuvre (projet de formation, entretiens exploratoires au sein d’autres services ou pôles de l’entreprise, etc.)
  3. En fin de parcours : pour partager de vive voix les conclusions de l’accompagnement ainsi que les démarches à entreprendre et les modalités d’accompagnement de l’entreprise vers la réalisation du projet ciblé.

 

La confidentialité des échanges

Un bilan de compétences est soumis à une clause de confidentialité qui doit être strictement respectée. Seul le collaborateur peut décider de partager tout ou partie des réflexions de son bilan, même dans le cas où l’entreprise aurait financé la démarche.

 

Le bilan professionnel ne comporte pas de clause de confidentialité. L’entreprise étant partie prenante de la démarche, un ou plusieurs de ses représentants (manager, RRH…) accède nécessairement à des éléments émanant du bilan :

  • pistes de réflexion,
  • aspirations du collaborateur,
  • portefeuille de compétences,
  • souhaits de formation, etc.

 

Le financement de la démarche

Le bilan professionnel est financé par l’entreprise via le plan de développement des compétences.
Le bilan de compétences peut également être financé via le plan de développement des compétences, mais aussi par le CPF.