5 bonnes raisons de faire un bilan de compétences

12/2022

5 bonnes raisons de faire un bilan de compétences (même si vous ne voulez pas vous reconvertir)

A force de voir passer dans les médias des histoires de chef comptable devenu boulanger et de responsable marketing aujourd’hui institutrice, on pourrait finir par croire qu’un bilan de compétences se termine toujours par une reconversion radicale, un changement de vie spectaculaire. Détrompez-vous, c’est avant tout un outil qui permet de mieux se connaître et d’être mieux dans son job. On partage avec vous 5 bonnes raisons de vous lancer, même si vous n’avez pas l’intention de tout plaquer.

Prendre conscience de ses compétences

Quand on fait le même métier ou qu’on travaille dans la même entreprise depuis des années, on prend rarement le temps de se demander quelles sont nos compétences. Or, connaître ses savoir-faire est un levier indispensable pour avoir confiance en soi et se sentir bien dans son job. « En faisant un bilan de compétences, j’ai (re)découvert des points forts de ma personnalité et de mon parcours, auxquels je n’avais réfléchi, témoigne Corinne, responsable événementiel dans une institution. Ça m’a aidée à prendre confiance en moi et à assumer d’avoir une posture d’experte sur certains sujets. »

Retrouver du sens dans son quotidien professionnel

Depuis la crise du Covid, on est nombreux à se poser la question du sens de nos vies professionnelles – mon métier est-il essentiel ? en quoi contribue-t-il à la société ? – et à penser qu’on serait plus heureux en nous engageant au service d’une cause. Mais ne nous y trompons pas : nous ne sommes pas tous fait pour travailler dans l’humanitaire ou dans le social. La définition d’« un métier qui a du sens » est propre à chacun. Il faut surtout qu’il réponde à vos valeurs, à vos besoins, et vous apporte un sentiment d’utilité. Un bilan de compétences est justement l’occasion de faire le point sur vos attentes et vos motivations profondes. Prendre de la hauteur permet souvent de réaliser qu’on aime fondamentalement son métier, mais qu’il faut seulement faire des ajustements sur des aspects pratiques (cadre ou ambiance de travail, rythme, salaire…)

Trouver un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle

Quand on commence à avoir du mal à se lever le matin ou à compter les jours jusqu’aux vacances, on a tendance à penser qu’il faut changer de travail. En réalité, c’est parfois plus simple que ça. Même quand on adore son métier, on peut sentir de la frustration, un certain essoufflement si on n’a plus le temps pour rien d’autre et qu’on sombre dans la routine « métro-boulot-dodo ». Tout est une question d’équilibre entre les différentes sphères de sa vie. Les exercices d’introspection du bilan de compétences permettent de reprendre conscience de passions laissées de côté ou d’identifier des activités qui pourraient nourrir les besoins non comblés par notre poste actuel. Passer ces week-ends sur un projet personnel qui nous fait vibrer permet de retrouver un second souffle et de revenir au travail avec une énergie nouvelle.

Faire évoluer son poste

« Les salariés ont souvent peur de parler de leur envie de faire un bilan de compétences, explique Aude Lootvoet, responsable du centre de bilans et de gestion de compétences de Sup’Expertise. Ils craignent que leur manager interprète cette demande comme une envie de quitter l’entreprise. Alors qu’au contraire, cela peut être un projet gagnant-gagnant. » Bien souvent, l’employeur accueille avec enthousiasme un collaborateur qui fait preuve de curiosité et démontre son envie de progresser. Variante du bilan de compétences, le bilan professionnel est d’ailleurs l’occasion pour un salarié de l’impliquer dans la démarche : « dans ce cas, le bilan est financé par l’entreprise. Le manager prend part à un entretien préalable pour poser les attentes et objectifs du bilan, ainsi qu’au dernier rendez-vous de synthèse, précise Aude Lootvoet. C’est une bonne façon d’ouvrir une nouvelle page de la collaboration. »

Identifier une formation

La dernière étape d’un bilan de compétences, c’est de définir un projet professionnel réaliste et réalisable ainsi qu’un plan d’actions. On peut ainsi identifier une formation, même de courte durée, qui peut permettre de faire évoluer son poste dans un sens qui nous attire. « Parfois, complète Aude Lootvoet, on arrive à la conclusion qu’il n’y a pas besoin de formation supplémentaire, mais qu’il suffit simplement de faire reconnaître officiellement les compétences acquises au fil des années. Dans ce cas, la VAE est une excellente formule. »

Vous hésitez encore à vous lancer ? Vous ne savez pas quelle formule correspondrait le mieux à vos besoins, entre le bilan de compétences, le bilan professionnel et la VAE ? Prenez rendez-vous avec l’un de nos conseillers : lors d’un premier entretien entièrement gratuit, ils vous aideront à y voir plus clair et à identifier la réponse la plus adaptée à votre cas.